Avec la péridurale tu n’auras pas mal… on m’a menti

Aujourd’hui la mam’douda qui déchire que je suis vous raconte son histoire avec la péridurale et pour le coup ça déchire vraiment.

Vers 7 mois de grossesse au rendez-vous avec l’anesthésiste tout est ok aucune contre indication pour bénéficier de la fameuse péri le jour J ! Quel soulagement je vais avoir un accouchement zen sans l’angoisse d’avoir mal et papa’douda va pouvoir vivre ça avec moi.

Sauf quand tu accouches dans la nuit et que tu sers de cobaye… l’anesthésiste avec l’étudiante sage-femme me posent la péri tout va bien, au bout de quelques minutes ma tension baisse, je n’entends presque plus rien et je sens que je vais m’évanouir. Toute suite on me pose un masque et on m’injecte un produit dans la perfusion pour aller mieux je garde le masque un bon moment, mais la douleur des contractions est toujours présente j’ai mal mal mal… c’est terrible.

La sage-femme me rajoute une dose de péri mais aussi le produit pour provoquer les contractions car les miennes bien que douloureuses n’étaient pas assez efficaces. A partir de ce moment l’enfer commence, une douleur atroce. Je dis et redis que j’ai mal « mais non c’est pas de la douleur c’est de la peur madame » je n’oublierais jamais cette phrase de la sage-femme qui au lieu de me prendre pour une chochotte aurait mieux fait de faire son travail et de voir que le cathéter de la péri était sur le lit et non sur mon dos… pourquoi ? parce que l’étudiante a dû mal le fixer et surtout personne n’a vérifié son travail.

Je n’ai rien contre les étudiants, il faut bien commencer un jour mais la moindre des choses est de se faire vérifier surtout quand on voit la patiente hurler de douleur que son mari se barre tellement il ne supporte plus et qu’elle se retrouve toute seule au milieu d’inconnu pour donner naissance à son premier enfant.

Le pire c’est que je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, pourquoi j’avais si mal alors que toutes mes copines m’ont affirmé que la péri c’était magique. J’étais dans un état d’esprit serein j’avais hâte d’accoucher j’étais pressée de voir mon bébé et tout a été gâché. Parce que j’ai eu très très mal sans péri et avec des contractions déclenchées, je n’étais pas du tout préparée à avoir mal psychologiquement je me suis senti perdue et trahie

En super future maman j’ai tout déchiré et mon Douda est né en pleine nuit avec juste une petite épisiotomie et une mini déchirure,ok ça aurait pu être pire. Quand je l’ai vu j’étais soulagée qu’il soit en bonne santé, de retrouver mon mari, de savoir que c’était fini, pendant l’accouchement j’étais vraiment focaliser sur ma douleur, pourvu que ça s’arrête, je vais jamais y arriver, pire je vais mourir. Après avoir fait son brushing à Douda l’auxiliaire puéricultrice le pose sur moi pour « le peau à peau » et découvre que la péri était partie.

Je regrette juste de ne pas avoir vécu mon accouchement comme j’imaginais et surtout de pas l’avoir partagé avec papa’douda qui a tout entendu dans le couloir ainsi que toute la mater. J’imagine la tête des futures mamans en travail j’ai du toutes les traumatiser.

Il m’a vraiment fallu du temps pour m’en remettre. Aujourd’hui avec le recul, je me dis que c’est la faute à pas de chance. Au fond de moi j’en veux un deuxième, c’est tellement un bonheur de donner et recevoir tout cet amour.
Si on remet ça dans quelques années j’espère que l’histoire ne se répétera pas.

Laisser un commentaire